Hymne à l’amitié

juillet 18, 2021 15 Par Domi MONTESINOS

Les gens que j’aime

Il y a plein de gens que j’aime, en fait.

Mais ce n’est pas facile de leur dire.

Alors là, je me lance, je l’écris !

Je vous aime, ceux que j’aime.

Tous ceux qui se reconnaitront, eh ben voilà, c’est vous !

Et puis, s’il y en a qui se reconnaissent,
alors que je ne les aime pas des masses,
eh bien,
pani pwoblèm.
Profitez en quand même, on ne sait jamais, ça peut changer, rien n’est immuable.

Bien sûr, il y a des gens que je n’aime pas…

On ne peut pas aimer tous les gens.

A ceux-là, je ne dis rien.

C’est déjà tellement difficile d’avouer son affection, alors, distiller de la haine

Je n’ai aucune énergie à gaspiller pour informer des gens qui s’en tamponnent que je ne les porte pas dans mon cœur.
D’autant que je suis conscient qu’ils s’en titillent les zygomatiques à des fréquences giga hertziennes.

Par contre, les gens que je déteste…

alignez vous sur une file à couper le beurre,
je ne veux voir qu’une tête de nœud…

Vous êtes des gens rares !

Je vous l’avoue, je ne déteste pas grand ‘monde.

Ce n’est pas par bonté d’âme, c’est juste que je suis un gros naïf.

Je ne sais pas vouer de haine à quelqu’un qui ne m’a pas déjà prouvé la noirceur de son âme.

C’est comme ça : je vois toujours le verre à moitié plein,

même si je sais très bien que là,
comme il est placé,
juste devant moi,
il ne va pas le rester longtemps…
Surtout si, moi aussi, je le suis, à moitié plein…(c’est rare).

Mais pourquoi ce soudain épanchement ?

Comment éviter l’indécence d’un aveu d’amitié ou même de simple affection ?

D’où me vient cette inhabituelle sensiblerie ?

Sans doute les deux années écoulées sans voir, sans embrasser, sans étreindre ceux que nous ne côtoyons que quelques heures chaque année, du fait de notre vie de nomades, sont-elles plus ou moins à l’origine de cet élan inattendu.

Peut-être aussi les retrouvailles d’avec certains, perdus de vue, puis retrouvés, intacts dans leurs personnalités autant que dans l’intensité de leur amitié, y auront contribué.

Amis récents,
amis de longue date,
amis de toujours,
amis à peine entrevus,
amis seulement effleurés du fait d’une barrière de langue, ou autre chose…
amis inconnus dont le lien ne tient qu’à un regard,
je vous aime
et je vous le dis haut et fort.

Lire une nouvelle:
« L’accordeur voyageur »