L’échelle qui mène au paradis des navigateurs…

février 25, 2020 1 Par dmontesinos

A l’image de l’échelle de Beaufort qui qualifie la force du vent, ou de celle de Richter mesurant la magnitude d’un séisme, je vous propose, aujourd’hui, un équivalent qui permettrait de qualifier l’état éthylique d’un quidam en quelques mots ; l’échelle qui mène au paradis des navigateurs.

Echelle de Pauv’moch ou éthylotest du poète 

  • Force1 : faisait la gueule, s’est contenté d’un petit verre
  • Force2 : raisonnable, normal, standard dans le respect des traditions ancestrales : on ne part pas sur une patte.
  • Force3 : jamais deux sans trois…Simple respect des principes du bon vieux temps. Un peu de rose aux joues, mais ça lui va bien.
  • Force4 : légèrement ému, mais encore rien de méchant, grâce à son entrainement intensif. Cependant, attention : la personne qui atteint force 4 alors qu’elle s’entraine peu, ou pire, pas du tout, commence à être un ou deux degrés plus haut… C’est un peu comme le principe de la température « ressentie »
  • Force5 : un petit peu « pompette ». La diction est encore quasi-intelligible, mais, il faudrait penser à lever le pied et non plus le coude.
  • Force6 : carrément pété. Et ça commence à bien se voir. C’est là que les clignotants des alarmes internes sont tous au rouge. Au gros rouge, même. Mais la perception du client étant altérée, il s’en fout à sec et continue à parler avec son verre…
  • Force7 : grave bourré ! On ne comprend plus rien de ce qu’il dit. La démarche est sinusoïdale, mais ce n’est pas du pur sinus…
  • Force8 : saoul comme un Polonais. Les yeux vitreux sont désaxés. Peine à se mettre sur deux pattes et ne s’exprime plus que par onomatopées.
  • Force9 : raide défoncé. S’est pissé dessus. Persiste à rester vautré dans son vomi. Aucune capacité de mobilité. Un QI d’huître.
  • Force10 : plus de son, plus d’image. Inertie totale.
  • Force11 : comas éthylique, encéphalogramme plat
  • Force12 : décès dans la plus grande béatitude. Pet à son âme…

Conclusion : seulement rire sans modération

Quel force sur l’échelle du « pauv’moch » a atteint celui qui a rempli le questionnaire ci-contre ?